6075 personnages féminins | Le Dix de Trèfle

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Le Dix de Trèfle
Blog de gaymeuse, rôliste, fan de jeux vidéo autant que de jeux de société. Et peut-être future auteure.
Jeux | 11.10.2013 - 09 h 23 | 4 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : Gone Home

Étiquettes : , , , , , , , ,

J’ai une affection toute particulière pour les jeux vidéo indépendants. Ils se permettent des choses que l’on ne voit pas dans les grandes productions. Ce sont eux qui m’offrent mes plus belles découvertes. Alors, entre quelques super-productions, je retourne auprès d’eux pour assouvir ma curiosité. Insatiable, la curiosité.

Il y a fort longtemps, je vous parlais de Trauma, un point & click qui vous faisait visiter rêves et traumatismes d’une femme qui sortait du coma. Aussi troublant qu’intéressant – et beau – Trauma était une expérience que je conseille encore.

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur un autre coup de coeur, pour un autre point & click. Celui-ci est créé par The Fullbright Company.

Gone Home

gonehome

Une femme seule, dans une maison inconnue, la nuit, avec de l’orage ? C’est le scénario d’un film d’horreur, non ?

(suite…)

Jeux | 20.09.2013 - 09 h 34 | 5 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : Saints Row 2

Étiquettes : , , , ,

Chères lectrices, chers lecteurs, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous : je suis de retour (peut-être pour des articles moins réguliers qu’auparavant, mais ne nous avançons pas trop : ça fait des mois que je dis que je vais moins écrire ici).

Pour l’article d’aujourd’hui, j’ai longuement hésité. J’ai choisi de chroniquer Saints Row 2, alors que le IV est sorti dernièrement. Pourquoi ? Mes contacts sur Steam peuvent pourtant remarquer que j’ai joué à Saints Row IV (et vu les succès, je l’ai effectivement terminé et j’attends impatiemment que quelqu’un craque pour rejouer en multi-joueurs – c’était un message subliminal).

Cependant, j’ai joué à Saints Row 2 avant de toucher au IV et je pense que cela joue dans mes perceptions des deux jeux. D’où ma décision.

Pour ceux qui me suivent depuis peu de temps, voici ce que j’ai pensé de Saints Row : The Third (le 3, parce que tout de même, cette saga écrit ses chiffres différemment d’un opus à l’autre, cela titille mon côté maniaque). Je vous conseille de le (re)lire si vous avez oublié quelques termes comme « GTA-like ».

Sachez enfin que j’ai commencé dernièrement le premier opus de la saga. Viendra probablement un autre avis.

Saints Row 2

logo

Aujourd’hui, ce sont mes captures d’écran qui accompagneront l’article.

(suite…)

Jeux | 21.06.2013 - 09 h 21 | 7 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : Remember Me

Étiquettes : , , ,

Difficile de débuter cet article. Vous avez, si vous suivez un peu l’actualité des jeux vidéo, certainement déjà entendu parler de Remember Me. D’abord parce qu’il était présenté comme étant moins sexiste que la moyenne des jeux, ensuite parce qu’il a été développé par un studio français, enfin parce que depuis son arrivée, il reçoit beaucoup de critiques. Négatives, les critiques. Très négatives.

Il est étrange de commencer un jeu pendant qu’on voit les réseaux sociaux en dire du mal, à une ou deux voix près. C’est à mon tour de donner mon avis, en espérant ne rien oublier.

Remember Me

remember-me

« On ne s’oublie pas. »

(suite…)

Blog | Jeux | 22.08.2012 - 14 h 27 | 3 COMMENTAIRES
GaymerCon, Tomb Raider et NaNoWriMo

Étiquettes : , , , , , ,

Bonjour lectrices, bonjour lecteurs, bonjour à toi qui viens pour la première fois, parce que tu suis un lien ou parce que tu viens de taper une requête obscure sur ton moteur de recherche.

Comme vous le saviez peut-être, jusqu’ici, j’étais en vacances.

Je vous raconterais bien tout ça, entre les projets d’écriture, le carnet que j’ai terminé, la Bretagne qui est belle, ma chambre refaite et mes nombreuses parties de jeux. Mais certains en ont déjà soupé (et je doute que ce soit si intéressant, d’ailleurs).

Si je ne reprends pas le jeu du vendredi tout de suite, cela ne m’empêche pas de vous parler de quelques projets, d’en profiter pour une petite revue de web, et de vous exprimer tout mon amour.

(suite…)

Jeux | 25.05.2012 - 09 h 00 | 9 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : la saga Mass Effect.

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, chers lecteurs, j’ai l’occasion de vous parler d’un jeu à succès, et gayfriendly. Oui, enfin, je vais vous parler de Mass Effect. Cela faisait longtemps que j’attendais ce moment (par longtemps, comprenez « presque le début du jeu du vendredi« ), mais j’ai tout d’abord voulu voir la saga se terminer. Puis je me suis dit que ce serait bien que je finisse le dernier opus. Mais, c’est un peu comme les bons livres : je ne veux pas vraiment quitter cette histoire.

Note pour les images : sauf exceptions indiquées, elles viennent de ma partie. Je jouais avec les graphismes au max, et j’ai une carte graphique de haute gamme. Et les images viennent de Mass Effect 3.

(suite…)

Jeux | 13.04.2012 - 19 h 39 | 7 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : L.A. Noire

Étiquettes : , , , , , ,

Chers lecteurs du jeu du vendredi, je vous souhaite une excellente journée.

Je vous en ai touché quelques mots la dernière fois, nous allons parler aujourd’hui d’un jeu vidéo, L.A. Noire, qui m’a été grandement conseillée par mon amie qui me conseille des jeux (qui me plaisent ; j’ai compté hier, si j’ajoute le temps de jeu de ce qu’elle m’a conseillé en un an, ça fait 1000 heures de jeu, donc bon, hein).

L.A. Noire est un jeu qui m’a énormément plu, parce qu’il tire plusieurs ficelles délicieuses.

(suite…)

Jeux | Réflexions | 11.11.2011 - 13 h 29 | 5 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : les femmes, les jeux-vidéos, personnages et joueuses.

Étiquettes : , , ,

Bonjour petits visiteurs du jeu du vendredi !

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler de jeux, mais de joueuses. A vrai dire, j’ai lu mercredi un article sur Rue89, intitulé « De princesse potiche à hardcore gameuse : la femme et les jeux-vidéos ». Tout un programme.

Amusons-nous un peu pour commencer. Changeons le vocabulaire utilisé pour le titre (qui mélange les personnages et les joueuses), prenons… allez, de la cuisine. Je vous propose « Du fondant au chocolat au chef cuistot : l’homme et la cuisine. »

Cet article de Rue89, je l’ai lu, en entier, parce que je suis un peu concernée (pas franchement par la partie « princesse potiche », je vous rassure). Après cette lecture, je me suis dit qu’il serait bien que je réagisse. En effet, si l’article est à première vue assez innocent, il offre un regard qui me surprend, d’autant plus après mes cours sur l’industrie du jeu-vidéo (car, oui, j’ai eu des cours sympathiques).

Avant de réagir, voici la définition de « hardcore gamer » par Wikipedia :

« Le hardcore gamer, traduit également par « joueur passionné », désigne un joueur qui s’implique énormément dans un jeu vidéo et cherche la compétition et la performance via le jeu vidéo, le plus souvent en mode multijoueur. Le hardcore gamer consomme énormément de jeux vidéo, que ce soit en temps ou en nombre de jeux. Il recherche le chalenge, la difficulté, la compétition. Il peut passer ses journées à tenter d’obtenir de meilleurs scores seul ou en équipe, et explorer un jeu entièrement pour en dénicher ses subtilités. »

Un de mes amis me surnomme de temps à autres « hardcore gameuse ». Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce terme, car il est rarissime que je compare mes statistiques à celles des autres, ou de me voir jouer en multijoueur. La plupart de mes parties, je les fais seule, ou en coopération. J’ai un sens de la compétition très peu poussé, c’est embêtant pour être « hardcore ».

Mais pour le chalenge, la difficulté, et la tendance à explorer au mieux un jeu, je plaide coupable. Dans la mesure où le jeu me plaît, je risque d’en explorer toutes les facettes.

girls-playing-game

"Les jeux-vidéos c'est trop génial ! Hihihihihihihihi ! ♥ Bisous et amour."

Bref, reprenons. Cela me paraît délicat de poser un regard sur les femmes et les jeux-vidéos, tout en faisant un bel amalgame entre les personnages et les joueuses, mais j’ai été tellement… frappée par quelques bêtises lues, que je vais parler moi aussi des personnages et des joueuses.

Au début, les femmes dans les jeux-vidéos étaient des princesses / cruches à sauver. On pense tout de suite à Peach, qui se fait régulièrement enlever et que Mario doit sauver. Elles sont régulièrement dans les ennuis jusqu’au cou, et les fiers mâles que vous incarnez devront les aider.

Certains soutiennent que c’est une conséquence due au quota d’hommes jouant aux jeux-vidéos. Soulignant, par ailleurs, que pendant longtemps, il n’y avait que des hommes qui jouaient.

Je ne pense pas. Allez voir un film Hollywoodien, lisez un livre d’heroic fantasy ou un polar. Combien de fois allez vous trouver un scénario où l’homme sauve la demoiselle (et où ils s’embrassent après) ? Pourtant, il n’y a pas que des hommes qui s’intéressent à ces histoires, non ?

Je ne vais pas rentrer dans un débat féministe. Je tiens simplement à dire qu’à mes yeux, c’est une norme de la société qui fait que, voilà, la femme, on pense qu’elle galère pour se débrouiller seule. Il n’y a pas que les jeux-vidéos pour offrir ce regard. Bien sûr qu’ils le font. La plupart des produits de distraction le font.

Peach et Lara Croft

Peach à gauche, Lara Croft à droite. Enfin, je suppose que vous l'aviez deviné.

Mais il ne faut pas oublier qu’il existe quelques personnages féminins qui n’ont rien à envier à leurs collègues plein de testostérones. Je pense à Samus Aran de la saga Metroid (pour ceux qui ne la connaissent pas, c’est une blonde dans une armure qui lance des rayons lasers), pour commencer. Puis il y a Lara Croft, bien sûr. D’ailleurs, parlons un peu de Lara Croft.

A la sortie de Tomb Raider, la réaction immédiate, et partagée par tous, se basait sur les mensurations de l’héroïne. Lara Croft, c’est un sex-symbol, qui a été dérivé sur différents supports. Si nous ciblons les jeux-vidéos (je ne m’avance pas trop sur les autres supports, je les connais moins), elle fait partie des rares héroïnes dont la sexualité n’a jamais été définie. En effet, Lara Croft a un côté castrateur, et une partie de la communauté d’afficionados de cette saga… sont des lesbiennes. Volontairement, donc, jusqu’aux dernières nouvelles, les créateurs du jeu laissent planer le doute.

tomb-raider-9

C'est le nouveau look de Lara Croft. Mmmmh ♥.

J’entends que Lara a eu du succès uniquement parce qu’elle est bien foutue. Il y en a beaucoup, et depuis longtemps, des jeux où l’héroïne a des mensurations étonnantes. Mais certains jeux ne vous laissent aucun souvenir, parce qu’ils sont mauvais, alors qui vous en aurait parlé ? Faites attention cependant : selon le genre de jeu, les héroïnes ne sont pas nécessairement toutes jolies (je pense aux jeux d’horreur, par exemple). A savoir aussi : ces dernières années, des personnages féminins qui sont certes athlétiques – cela me paraît normal pour un jeu d’action – mais ont aussi des mensurations normales. Des noms ? Faith de Mirror’s Edge et Chell de Portal (dont j’ai le marcel et un t-shirt à son effigie, car je suis fan, voyez-vous). Elles sont aussi de ferventes représentantes des femmes en marcel, l’une comme l’autre.

Alyx_and_Chell_by_kingaby

Reprise d'une célèbre photographie. Chell à gauche, Alyx à droite. Elles ne viennent pas du même jeu, mais certains indices dans les jeux laissent à penser qu'elles sont du même univers.

L’article de Rue89, après vous avoir expliqué que les femmes dans les jeux-vidéos sont en majeure partie des princesse, avec quelques rares Lara Croft, vous fait savoir qu’il y a des groupes d’hardcore gameuses. Et qu’en France, ces groupes n’existent plus.

Je vous rassure, il existe toujours des équipes féminines de jeux-vidéos un peu partout. Une amie à moi a organisé quelques tournois entre ces équipes ( « Et, franchement, tu peux pas imaginer le nombre de lesbiennes au mètre carré ! », m’a t-elle dit). Elles sont loin d’avoir disparu, elles se spécialisent et se font plus nombreuses. Il y a quelques années, elles se comptaient sur les doigts d’une main, passaient pour des asociales. Je me souviens avoir entendu, il y a maintenant 3 ans, une interview de l’équipe française féminine de Counter Strike (un jeu de tir où vous incarnez des soldats). Le message était, en gros, « mais on a une vie sociale et on aime les macarons, partez pas ! On reste des filles ! ». Les demoiselles étaient vice-championnes de la coupe du monde de Counter Strike cette année-là (car, oui, même en jeux-vidéos, nous avons des équipes françaises féminines qui déchirent).

Pour les curieux, voici un lien vers une vidéo présentant une de nos équipes féminines, les Millenium (attention, quelques stéréotypes sont présents dans la vidéo, vous y apprendrez que les hommes oublient leurs affaires avant de s’entrainer).

ashley-jenkins-jinx

Ashley Jenkis, ou Jinx. Cette demoiselle est une "pro gamer", une joueuse payée pour jouer dans des tournois.

A vrai dire, les joueuses, dans le domaine des jeux-vidéos, existent depuis longtemps. Nul besoin de cours de yoga de la Wii et d’entraînements cérébraux pour jouer. Je suis aussi désolée de vous l’apprendre, mais les filles n’aiment pas que les Sims.

C’est simplifier la question de l’acceptation des jeux-vidéos auprès d’un public féminin que de dire « Très bien, les filles viennent d’arriver dans le monde des gamers parce qu’on leur donne des petits chiots à cajoler sur leur console ».

Les femmes jouent aux jeux-vidéos depuis leurs débuts (aux jeux-vidéos, pas les débuts des femmes, qu’on s’entende). Se posait-on de réelles questions de « genre » à Pong, ou à Pacman ? Les jeux ont fini par être scénarisés. Ils ont suivi les codes du cinéma grand public. Les films d’action avec des hommes bodybuildés et des femmes en danger, ça plaît ? Pourquoi ne pas reprendre une recette qui a du succès ?

Prenons le point de vue de quelqu’un qui serait chargé d’imaginer une publicité pour un jeu de guerre « réaliste » avec des soldats qui se tirent dessus. Pensez-vous qu’il serait vendeur de mettre une jeune femme qui se défoule sur sa console ? Pourtant, il y en a (et ça pourrait faire une publicité humoristique). Notre société offre l’image d’une femme douce, sensible, câline, et que, voilà, on ne l’imaginerait pas passer une heure à chasser du zombie avec une hache.

Pourtant être douce n’empêche pas de décapiter du zombie. Mais il y a des codes à respecter pour parler à la ménagère. Qu’ils soient bons ou non, ils sont là. Je ne sais pas quelle mère de famille irait acheter un jeu de guerre à sa fille.

arton

"Bon, là, j'ai besoin d'une tronçonneuse pour éliminer ce groupe de zombies." (il y a toujours une tronçonneuse dans les jeux de zombies)

Aujourd’hui, grâce aux jeux sur smartphones et sur Facebook, le jeu-vidéo paraît plus accessible et moins « honteux ». La première génération de gamers vieillit. En ce moment, nous sommes dans la configuration suivante : si Pierre-Maxence, bientôt grand-père à ses 55 ans, joue sur son téléphone à Angry Birds dans le bus, il sera moins prompt à froncer les sourcils en remarquant que son fils a une console dans son salon. Et pourtant, il y a encore 5 ans, le même Pierre-Maxence râlait en disant que son enfant n’avait pas quitté l’enfance, parce qu’il jouait aux jeux vidéos alors qu’il avait plus de 20 ans (en sachant que Pierre-Maxence a 55 ans, calculez l’âge de son fils quand il sera Papa, et prouvez qu’il est homosexuel. Argumentez).

rainbow-angry-birds-t-shirt

Dire qu'il y a vraiment des résultats pour "Rainbow Angry Birds" sur Google...

 Les femmes n’ont pas attendu pour jouer aux jeux-vidéos. Mais elles ont moins honte de le dire. La seule population féminine qui ait réellement augmenté durant les dernières années, ce sont les plus jeunes. Pourquoi ? Parce que les parents achètent plus facilement des jeux-vidéos à leurs enfants. Les concepteurs et scénaristes ont créé des jeux excessivement genrés (avec des poneys, des princesses, Barbie, et autres), de la même manière que pour les jeux. On offre des petites cuisines aux filles ? Maintenant on peut aussi leur offrir un jeu avec des chiots. Les parents sont prêts à acheter un jeu-vidéo soit-disant pour fille. Les concepteurs renforcent leurs jeux de trucs « mignons » pour que les petites filles se sentent concernées. Il n’est pas rare de lire quelqu’un qui vous assure que son jeu est pour tout le monde, parce qu’il y a des petits animaux trop choupinous, alors ça peut aussi intéresser les femmes.

Les entraînements cérébraux et autres jeux où on fait marcher ses neurones ou gigote devant l’écran n’ont pas pour cible principale les femmes, mais une autre population de joueurs : les personnes âgées. Ils banalisent les pratiques en les rapprochant du sport ou des jeux de réflexion qui leur parlent plus (pour garder la forme, qu’elle soit physique ou mentale) que les autres jeux.

Post-scriptum : Avec tout ça, je vais être en retard pour ma journée jeu.

Publicité