6075 Le jeu du vendredi : Gone Home | Le Dix de Trèfle

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Le Dix de Trèfle
Blog de gaymeuse, rôliste, fan de jeux vidéo autant que de jeux de société. Et peut-être future auteure.
Dernier Billet
Jeux | 11.10.2013 - 09 h 23 | 4 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : Gone Home
Étiquettes : , , , , , , , ,

J’ai une affection toute particulière pour les jeux vidéo indépendants. Ils se permettent des choses que l’on ne voit pas dans les grandes productions. Ce sont eux qui m’offrent mes plus belles découvertes. Alors, entre quelques super-productions, je retourne auprès d’eux pour assouvir ma curiosité. Insatiable, la curiosité.

Il y a fort longtemps, je vous parlais de Trauma, un point & click qui vous faisait visiter rêves et traumatismes d’une femme qui sortait du coma. Aussi troublant qu’intéressant – et beau – Trauma était une expérience que je conseille encore.

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur un autre coup de coeur, pour un autre point & click. Celui-ci est créé par The Fullbright Company.

Gone Home

gonehome

Une femme seule, dans une maison inconnue, la nuit, avec de l’orage ? C’est le scénario d’un film d’horreur, non ?

Le contexte

Il est tard – 1h15 du matin – et nous sommes le 7 juin 1995. Vous êtes Kaitlin, une Américaine d’une vingtaine d’années. Sur le premier écran du jeu, vous laissez un message sur le répondeur familial : vous allez passer quelques temps avec eux. Votre avion arrivera en pleine nuit, mais – surtout – qu’ils ne s’embêtent pas à venir vous chercher. Vous vous débrouillerez pour atteindre seule la maison. Puis l’image apparaît : vous êtes sur le perron, avec deux gros sacs. Il y a un mot sur la porte.

C’est Sam, votre petite soeur, qui l’a écrit. Elle est partie. Vous ne savez pas pourquoi, ni où. Elle est partie et ne veut pas qu’on la retrouve.

Il y a de l’orage, la maison est plongée dans l’obscurité et ce mot est plutôt inquiétant. Tout ce que vous pouvez faire, c’est entrer. Et chercher à trouver des informations dans la maison. Maison que vous ne connaissez pas, d’ailleurs : votre famille s’y est installée durant votre absence en Europe. Vous avez passé plusieurs mois là-bas.

gonehome1

La famille.

Des personnages attachants

Il est aisé de s’identifier à Kaitlin. Tout d’abord, parce que comme dans la plupart des jeux appartenant au genre point & click, ce que vous voyez, c’est ce qu’elle voit. Ensuite, parce que Kaitlin n’a rien d’extraordinaire : pas de pouvoirs, de capacités spéciales. C’est juste une grande soeur qui est partie pour un long voyage et qui revient, un peu perdue. Comment va-t-elle retrouver sa famille ? Ont-ils changés après ces quelques mois d’absence ? N’importe qui peut se poser ces questions. A fortiori quand, manifestement, quelque chose ne va pas dans cette maison.

Le rapport à l’espace est très bien mis en scène : en tant que joueuse, je découvre la maison ; en tant que personnage, Kaitlin aussi. Du coup, en fouillant les lieux, lisant les messages, je tire mes conclusions en pensant qu’elles sont celles de Kaitlin. Le jeu est assez linéaire et la difficulté n’est pas très élevée. Il parvient à prévoir globalement vos actions. Soudainement, alors que vous pensez avoir la main, Kaitlin agit d’elle-même et refuse de toucher à un mot de sa soeur. N’essayez pas d’insister. Elle ne va certainement pas lire ce mot (comment ça ? Je serais frustrée ?). Vous reprenez un peu de distance par rapport à elle.

Finalement, vous apprenez des détails sur chaque membre de la famille. Cela vous permet d’en glisser quelques portraits, de percer des secrets. Sam n’est pas la seule à dissimuler des choses. Et Kaitlin se dessine comme les autres, avec des affaires que vous retrouvez.

Ce jeu est LGBT-friendly, mais je vais avoir du mal à vous dire pourquoi sans spoiler l’histoire (c’est à vous de découvrir les personnages). Mais foncez : le regard est tendre. Le jeu ose parler d’homophobie. Il traite l’adolescence, les couples qui vivent des périodes difficiles, les peurs des uns et des autres, leurs espoirs aussi ; et sans juger (mis à part l’homophobie).

Oui, tout ça dans un point & click où vous marchez dans une maison en fouillant les affaires de votre famille.

gonehome2

Il ne faut pas grand chose pour lire entre les lignes.

Une ambiance particulière

Puis il y a cette maison, plongée dans le noir, désespérément grande. Et personne. Où sont-ils ? Certes, Sam est partie. Mais les parents ? Entre l’orage et l’obscurité, il est difficile de ne pas projeter ses craintes. J’ai allumé toutes les lampes sur mon chemin, d’une part parce que c’est rassurant, d’autre part parce que c’est aussi une technique dans d’autres jeux : s’il y a de la lumière c’est que j’ai visité ce coin. Et soudainement ce petit mot : l’installation électrique n’est pas sûre, il est possible que tout s’éteigne subitement. Oups. Surtout que je suis phobique des orages et que celui-là n’en finit pas.

Et que je joue à mon ordinateur de nuit.

Puisque je joue fréquemment, quelques automatismes se mettent en place : c’est la nuit, je suis seule, il y a de l’orage, je ne connais pas les lieux. Donc… quelque chose de très mauvais va se passer, non ? Pourtant le jeu s’affiche ouvertement comme non-violent.

Eh bien je ne vous dirai pas ce qu’il en sera. Mais cette appréhension va avoir son importance sur votre expérience de jeu. Il s’agit de nourrir discrètement vos peurs. Après tout, plusieurs des membres de l’équipe (mixte et paritaire, c’est assez rare pour le souligner) de The Fullbright Company, qui a développé le jeu, ont auparavant travaillé sur la saga Bioshock.

gonehome3

C’est pas grave, on s’éclairera avec l’orage !

Les choses un peu gênantes

Je vais vous souligner quelques points négatifs, histoire que vous ne m’accusiez pas d’être complètement subjective : le jeu est entièrement en anglais. Le niveau n’est pas très difficile, mais il faut comprendre la langue. Il m’est arrivé de relire plusieurs fois une lettre pour être certaine d’avoir bien compris ce qu’elle impliquait.

Le jeu est prévu pour des claviers anglophones. Heureusement, vous pouvez utiliser les flèches pour avancer (ou basculer votre clavier en clavier anglophone, bien sûr).

Contrairement à Trauma, qui est vraiment très bien lui aussi, le graphisme n’est pas extraordinaire. C’est plutôt bien fait, mais je ne murmure pas des « Oooooh ! » en continu devant une chambre d’ado des années 90 ; c’est à cause du contexte. Pourtant, la maison est très bien réalisée, il y aura quelques détails sur lesquels accrocher son regard.

Mais c’est du chipotage. Rien d’insurmontable (à part la langue si vraiment vous n’entendez rien à l’anglais, mais vous pouvez même mettre des sous-titres – en anglais).

gonehome4

Et soudain… Mitten ! (le saviez-vous ? The Fullbright Company travaille avec des chats dans leur bureau)

En conclusion

Je suis ravie par cette expérience. Voilà que mes découvertes de l’année se sont faites écraser par une petite famille et ses secrets, parce qu’elle me parle et joue sur mes sentiments. J’étais tombée amoureuse de Bastion en 2011, To The Moon en 2012. Gone Home en 2013 ? Je ne parviens pas encore à savoir si je l’ai préféré à Journey (ah mais je ne vous ai pas encore parlé de Journey !). Verdict dans quelques temps, parce qu’un bon jeu, c’est aussi un jeu qui laisse une trace.

Gone Home est de ces jeux qui me rappellent, en tant que membre d’une minorité, que cela me fait du bien d’exister dans mes médias préférés. Alors, pour un moment de curiosité, de tendresse, mais aussi d’appréhension, pour cette tendance à jouer la grande soeur et d’avoir envie de protéger votre famille, Gone Home est un excellent jeu. Une belle surprise, une expérience que je vous conseille.

Enfin, Gone Home a été finaliste de la catégorie « Excellence in Narrative » de l’édition 2013 du Independant Games Festival. Et, devinez quoi, il le mérite amplement.

 

Post-Scriptum : la seule véritable raison pour laquelle vous ne craqueriez pas immédiatement pour ce jeu, le seul argument que je puisse accepter – outre que vous êtes allergiques aux point & click – c’est son prix. 18,99 €, c’est beaucoup. Mais il vient de sortir et je vous conseille de sauter dessus, au pire d’attendre une promotion.

Vraiment. Jouez-y.

Photo du profil de Keela
Publié par
Je suis curieuse, attentive, là pour apprendre, pour m'exprimer aussi. J'ai la tête pleine de verbes sympas, comme : découvrir, rencontrer, échanger, partager, écrire. Envie de les appliquer ici. Voici ma présentation sur le blog de la communauté pour les curieux : http://blogdelacommunaute.yagg.com/2011/09/05/keela-yaggeuse-de-la-semaine/
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (4)
Le jeu du vendredi : Gone Home
  • Par Red 01 Nov 2013 - 18 H 57
    Photo du profil de Red

    @keela oui j’ai vu Papers, please et Rogue legacy, ils ont l’air d’être très bien aussi.

    Pour info, j’ai fini Gone Home et l’ai adoré. Je suis passée par beaucoup d’émotions et l’histoire est très prenante. Par contre j’ai eu un mal fou à le lancer (écran de chargement noir qui s’éternise et message d’erreur systématique), et comme apparemment je ne suis pas la seule, je mettrai ici ce qui a marché pour moi : http://steamcommunity.com/app/232430/discussions/1/864977026176627005/
    C’est en anglais, si besoin je peux vous aider.

     
  • Par Keela 14 Oct 2013 - 10 H 02
    Photo du profil de Keela

    @red C’est Cart Life qui l’a gagné, mais je n’avais pas encore entendu parler de ce jeu. Je verrai si j’ai l’occasion.
    Là j’ai vu une promo sur « Papers, please », qui risque d’être… éprouvant 😉
    Et « Rogue Legacy » me captive étrangement, avec une bonne dose de n’importe quoi.

     
  • Par Red 14 Oct 2013 - 9 H 59
    Photo du profil de Red

    Si je le vois passer en promo quand j’ai un peu de sous je le prendrais, il m’avait déjà plu rien qu’à voir le trailer 🙂
    Et du coup qui a gagné le « Excellence in narrative » de l’Independant Games Festival?

     
  • Par Juls© 13 Oct 2013 - 19 H 17
    Photo du profil de Juls©

    Ah Trauma est top, je viens d’y jouer 🙂 Bon je l’ai pas fini dans les détails mais je l’ai fini…
    Dommage pour Gone Home qu’il soit payant par contre… Je ne l’essaierai pas du coup 😉

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Blog | 9 h 49 | 6 COMMENTAIRES
    Jeux | 4 h 33 | 1 COMMENTAIRE
    Jeux | 9 h 23 | 4 COMMENTAIRES
    Jeux | 9 h 27 | 1 COMMENTAIRE
    Jeux | 9 h 34 | 5 COMMENTAIRES
    Jeux | 10 h 20 | 4 COMMENTAIRES
    Jeux | 9 h 20 | 5 COMMENTAIRES
    Publicité