6075 Le jeu du vendredi : Saints Row IV | Le Dix de Trèfle

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Le Dix de Trèfle
Blog de gaymeuse, rôliste, fan de jeux vidéo autant que de jeux de société. Et peut-être future auteure.
Dernier Billet
Jeux | 27.09.2013 - 09 h 27 | 1 COMMENTAIRES
Le jeu du vendredi : Saints Row IV
Étiquettes : , , , , ,

Bonjour gamers, bonjour gamers-friendly.

C’était bien, la semaine dernière, de râler sur Saints Row 2, de vous rappeler ma chronique de Saints Row : The Third, mais il est temps de vous parler de Saints Row IV.

Il est grand temps.

Initialement, Saints Row IV était une extension de Saints Row : The Third, appelée “Enter the Dominatrix” (tout un programme). Puis finalement, après le rachat du studio, l’extension a été pensée comme un nouveau jeu.

En découle le reproche principal fait par les joueurs : finalement, ne serions-nous pas “juste” face à une extension géante ? L’univers est le même, il y a peu de nouveaux personnages, la ville est celle de Saints Row : The Third. Ne serait-ce qu’une vaste blague ? Un foutage de gueule complet à base de “bon, on a une esquisse de scénario, on va un peu broder dessus pour en faire un jeu et faire payer les clients 40 € au lieu de 10.

Oui, bon, certes, j’ai été déçue de ne pas découvrir une nouvelle ville. Le jeu ne profite pas non plus de la surprise causée par l’opus précédent. Mais voici une longue chronique pour vous exprimer tout mon amour pour ce jeu (oui, vous venez de vous faire spoiler la tronche dans l’intro) :

Saints Row IV

sr4_logo

Direction la Maison Blanche !

Présider les Etats-Unis

Cette fois encore, Saints Row débute in media res. Vous êtes en mission contre un de vos ennemis de Saints Row : The Third, avec une agent secrète qui vous prend un peu le chou parce que, vraiment, elle trouve que votre personnage est un peu brut de décoffrage (et elle a raison : c’est Saints Row, les personnages secondaires seront systématiquement bien plus réfléchis que le protagoniste et vont gentiment vous inviter à tempérer un peu vos tendances agressives). A la fin de la mission, vous allez faire en sorte que les Etats-Unis (voire la Terre) ne se fassent pas désintégrer. C’est très choupignon de votre part, les gens apprécient le geste.

Du coup, vous devenez président des Etats-Unis. Vous reprenez quelques longs mois plus tard. La Maison Blanche a été redécorée, elle ressemble désormais à une maison close. On vous demande votre avis sur des dossiers très important, comme éradiquer le cancer ou aller boire un coup avec vos potes. Mais bon, vous avez une conférence de presse, il faut se concentrer. Malheureusement, les extra-terrestres attaquent la Terre pendant la conférence, envahissent la Maison Blanche. Kinzie, la geek-cerveau de la bande dans l’opus précédent (désormais responsable des relations presse) demande au chef des extra-terrestres de l’enlever tout de suite parce qu’elle est “largement plus intelligente que les gens réunis ici”. Les membres de votre bande se font enlever les uns après les autres. Et vous vous retrouvez, là, en duel contre le chef des extra-terrestres, qui vous écrase.

Ouais bon, voilà, c’était un résumé très succinct du début de la partie. Finalement, Kinzie va vous aider à vous échapper. Vous allez voyager entre une simulation de la réalité créée par les extra-terrestres et votre vaisseau (qui lui est bien réel). L’objectif ? Se venger, casser la simulation, exploser la gueule de l’Empereur des extra-terrestres, aviser ensuite.

Et là, sachez que vous en avez encore pour quelques dizaines d’heures de jeu qui s’appuieront sur cette tendance au grand n’importe quoi généralisé.

sr4-presidente

Voilà la présidente des Etats-Unis.

De l’intérêt des personnages secondaires

Je trouve que Volition, Inc a fait des progrès dans le traitement et la mise en avant des personnages secondaires. Certes, nous ne sommes pas au niveau de Mass Effect. Mais vous avez plus d’occasions d’apprendre à les connaître, de jouer avec eux. J’avais été frustrée dans le 3, je me sens mieux maintenant.

[spoiler]Le simple fait que vous soyez plongés dans leur “pire cauchemar” leur donne un peu plus de relief que dans les opus précédents. [/spoiler]

Certes, ce n’est pas parfait. C’est bourré de stéréotypes (mais c’est fait exprès), je suis restée un peu sur ma faim. Et j’ai un grand regret (je vais essayer de l’exprimer sans trop spoiler) : j’aime bien que les personnages laissés pour morts soient morts. J’en ai vu / lu / joué des histoires avec ce ressort narratif. J’ai failli arrêter de lire Harry Potter quand en fait il n’était pas mort (j’ai perdu plein de lecteurs avec cette phrase !). Le seul personnage de fiction pour lequel je me suis réjouie de le voir revenir, c’est Kara Thrace. Sinon c’est pas la peine, hein. Puis, dans un jeu, c’est simple : j’évite autant que possible de jouer avec des personnages qui reviennent de la mort.

On ne sait jamais. Je me méfie des potentiels zombies.

J’en joue bien une en jeu de rôle. Je sais qu’il faut s’en méfier. Des fois ça mord (ou mort, hahaha, que c’était fort nul).

sr4-kinzie

D’une subtilité à toute épreuve.

Un GTA-like sans conduire

Comment ne pas être troublée quand, après un court temps de jeu, je me suis retrouvée avec un personnage plus rapide qu’une voiture ?

Honnêtement, j’ai commencé par râler (vous me connaissez) en me rendant compte que les pouvoirs du protagoniste rendaient caduque l’un des éléments principaux des GTA-like : la conduite. Les vols de véhicules, les courses poursuites n’ont plus beaucoup de sens. C’est certainement dans cette rapidité que la surpuissance de votre personnage se fera ressentir.

Bien sûr, vous allez aussi glacer vos ennemis – ou les brûler si vous préférez. Vous pourrez faire de la télékinésie, pousser vos adversaires à se battre entre eux. Vous serez un beau mélange de super-héros plus ou moins célèbres dans les comics.

Je sens que vous vous demandez : où est le challenge ? Quel est l’intérêt de jouer à quelque chose où on est surpuissant ? Outre l’importance du scénario qui me semble plutôt bon (bien qu’absurde, mais j’aime l’humour absurde), sachez que le jeu est effectivement un peu simple (surtout par rapport à Saints Row 2). Pas “trop”, mais “plus que ce à quoi j’ai été habituée ces derniers mois”. J’ai lu des avis très différents sur ces pouvoirs : certains trouvent qu’il y en a trop (je suis d’accord, on ne les utilise pas tous, certains sont superflus), que le jeu perd de son intérêt, que c’est lassant, que c’est génial, que ça change des habitudes, qu’on s’amuse bien. Bref, le mieux est encore de se faire sa propre idée.

sr4-pouvoirs

De grands pouvoirs, pas de responsabilité.

Cependant, il est intéressant de retrouver la ville de Steelport, tout en la parcourant autrement. Conduire est très différent de sauter / planer / courir sur les murs. Cela donne une nouvelle dimension à l’espace dans lequel votre personnage va évoluer. A mon sens, cela efface un peu la déception de revoir la même ville.

En plus, pour les fans des jumping puzzles à la Guild Wars 2 (c’est à dire des gens qui, contrairement à moi et à cette blogueuse, n’ont pas forcément des envies de meurtre à chaque fois), vous avez des tours sur lesquelles il faudra grimper. Trop… euh… bon, elles sont quand même bien plus simples à parcourir que les puzzles de Guild Wars 2. Je ne pense pas que j’aurais terminé le jeu, sinon.

Pour rester sur les activités (petits défis disséminés dans Steelport) : elles sont mon principal regret dans ce jeu. Elles ressemblent énormément à un mélange de celles de Saints Row 2 et de Saints Row : The Third (surtout de ce-dernier). Il reste un goût amer, une impression que cela n’a pas été beaucoup travaillé ni réfléchi. Comme l’a souligné @nileju : les rares qui changent un peu des autres épisodes de la saga servent à utiliser des pouvoirs que vous ne prenez pas d’habitude. Ce sont des prétextes. La mise en scène n’a pas pris, de mon côté. Alors, bien sûr, ça n’a rien à voir avec le scénario principal. Mais je m’attendais à un peu plus d’originalité. Je ne me remets toujours pas de la facilité à pirater les boutiques, par exemple.

 

Le point féminisme / LGBT

Il y a quatre mois, alors que je découvrais tout juste une image promotionnelle de Saints Row IV, je me disais “Ouhlala, mais que vont-ils faire à ces persos que j’aime beaucoup ?

En fait, il ne s’est rien passé d’effrayant, aucune déception particulière. Saints Row demeure au-dessus de la masse de jeux sexistes qui ignorent que l’homosexualité existe.

Saints Row : The Third et Saints Row IV ont tendance à présenter des personnages intéressants, avec des caractéristiques diverses, quel que soit leur genre. Je pense même que le jeu est peut-être moins tendre avec les hommes. Dans le IV, c’est clairement Kinzie (chouette, ma préférée !) qui sera l’élément déterminant de l’équipe. Dans Saints Row, il faut vite s’habituer à jouer une brute pendant que les personnages secondaires s’occuperont de choses comme : vous engueuler parce que vous êtes vraiment quelqu’un de guère sympathique, vous guider parce que “entrer, taper tout le monde, sortir” n’est pas toujours un plan viable, vous remettre les pieds sur terre (enfin, façon de parler, puisque vous êtes sur un vaisseau).

sr4-getyou

Toute ressemblance…

En début de partie, votre personnage fait un passage dans les années 50, comme dans une vieille série américaine. Et, vous êtes dans une maison où votre femme vous a préparé un petit déjeuner (des pancakes, à mon souvenir). Oui, c’est bien : mais je jouais une femme. Du coup, je me suis réjouie que l’on “m’impose” cette scène.

[spoiler]Vous retrouverez les années 50 plus tard, parce qu’elles sont le cauchemar de Kinzie qui a très peur de vivre dans une société où les femmes n’ont aucune légitimité (bah oui, c’est une féministe). Amenant par ailleurs la seule fois où un “go to the kitchen” m’a amusée.[/spoiler]

En réalité, le jeu se fiche bien du genre de votre personnage. Et, sincèrement, c’est un plaisir.

Comme dans l’opus précédent, vous pouvez changer de genre en pleine partie. J’ai donc tenté les “romances” avec les personnages secondaires en tant que femme et en tant qu’homme. Et ça ne change rien.

Je note tout de même que les rares relations entre les membres de votre équipe dont les personnages parlent sont entre un homme et une femme.

sr4-moncoeur

Petit-déj !

Clins d’oeil à foison

Lorsque vous vous plongez dans l’histoire de Saints Row IV, vous remarquez rapidement des références à des univers, films et jeux. Ces références sont généralement issues de la science-fiction, de ses classiques. Evidemment, étant une grande fan, cela avait de grandes chances de me plaire.

L’une d’entre elles est évidente : Matrix a dû fortement inspirer les développeurs. Le personnage principal est plongé dans un monde virtuel dont il doit s’échapper (en le cassant). La scène où le protagoniste va sortir de sa prison vous fera aussi penser à ce film – du moins, si vous l’avez vu ne serait-ce qu’une fois.

Pour rester dans la culture cinématographique, vous apercevrez un peu d’Armageddon, du Star Wars disséminé ça-et-là, du Tron (présent déjà dans Saints Row : The Third).

En jeux vidéo, j’ai surtout apprécié les clins d’oeil à la saga Mass Effect : le vaisseau (plus petit que le Normandy, mais dans lequel je me suis davantage perdue, je n’aime pas quand les choses sont trop simples), les rapports avec les autres membres de l’équipe (les romances sont quand même bien plus rapides), jusqu’à l’organisation de la scène finale. Toutes ces petites choses qui donnent envie à une fan de Mass Effect d’y rejouer. Malheureusement, avec tous les jeux auxquels je rejoue en ce moment, je ne vais jamais en terminer un.

sr4-benjamin

Contrairement à Mass Effect, ça ne vexera personne si vous les draguez tous.

Revenons à nos moutons. D’autres références à des jeux ? Et cette mission d’espionnage où vous vous cachez dans une boîte pour avancer ? Et là, ce ne serait pas Street of Rage, jeu longuement critiqué pour sa scène d’enlèvement de la petite amie du héros ? C’est intéressant de le voir là, faisant écho à ma critique de la semaine dernière.

Je suis certaine d’avoir raté des clins d’oeil divers et variés. Parfois (rectification : souvent / toujours), vous allez vous demander ce que ça fait là. Pourquoi le protagoniste est-il fan de Jane Austen ? Je vous laisse à vos interprétation.

Je sais que certaines personnes ont peu goûté la multitude de références. Je pense que cela dépend des gens. Personnellement, je me suis surtout amusée à les reconnaître.

Saints Row IV contre GTA V

Difficile de vous parler de ce jeu sans citer le grand, le puissant, le monstrueux GTA V. Celui que la plupart des joueurs ont attendu et qui, à mon humble avis, doit écraser ce petit concurrent (qui pourtant est aussi sorti directement sur PC, ce qui n’est pas le cas de GTA V).

Il semblerait que les joueurs aient tant attendu GTA V que certains se sont tournés vers Saints Row IV “en attendant”. Après tout, il était tout à fait possible de finir le jeu avant la sortie de GTA V.

Je prends parti pour Saints Row IV, sans la moindre hésitation : l’univers est plus sympathique, plus féministe, plus accessible, moins violent, plus drôle. J’ai entendu, dans le podcast d’Ecrans, une remarque intéressante, à laquelle je n’avais pas pensé, mais qui mérite réflexion : peut-être que l’arrivée de GTA V a poussé les créateurs de Saints Row IV à se lâcher, à développer un grand défouloir. Après tout, ils n’avaient rien à perdre : le duel est (malheureusement) perdu d’avance.

Et finalement, cela a donné un jeu que j’ai apprécié, un jeu que j’ai aimé ; auquel je rejouerai bien volontiers si un de mes contacts décide de l’acheter et de passer un peu de temps en multi-joueur avec moi (j’ai fait un appel très subtil dans ma chronique précédente, je réitère).

Il faut, pour être honnête, souligner que je n’étais pas du tout en forme et que j’avais besoin de rire. Saints Row IV était le jeu qu’il me fallait, arrivé quand j’en avais besoin.

So much win.

sr4-tentacule

Une arme, une vraie.

Post-Scriptum : Quoi ? Vous êtes encore là ?! Mais allez jouer, bon sang ! Faites ça au moins pour avoir le plaisir de répéter en boucle : “Mais c’est n’importe quoi ?!”.

 

Photo du profil de Keela
Publié par
Je suis curieuse, attentive, là pour apprendre, pour m'exprimer aussi. J'ai la tête pleine de verbes sympas, comme : découvrir, rencontrer, échanger, partager, écrire. Envie de les appliquer ici. Voici ma présentation sur le blog de la communauté pour les curieux : http://blogdelacommunaute.yagg.com/2011/09/05/keela-yaggeuse-de-la-semaine/
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (1)
Le jeu du vendredi : Saints Row IV
  • Par Red 27 Sep 2013 - 13 H 06
    Photo du profil de Red

    Ca tourne pas sur mon netbook :'(

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Blog | 9 h 49 | 6 COMMENTAIRES
    Jeux | 4 h 33 | 1 COMMENTAIRE
    Jeux | 9 h 23 | 4 COMMENTAIRES
    Jeux | 9 h 27 | 1 COMMENTAIRE
    Jeux | 9 h 34 | 5 COMMENTAIRES
    Jeux | 10 h 20 | 4 COMMENTAIRES
    Jeux | 9 h 20 | 5 COMMENTAIRES
    Publicité